Aphek, Antipatris

Aussi connue sous le nom de Tel Afeq, Tel Aphek, Tell Ras el-'Ain, Abu Butrus, Aphik, Apuki, Apuku, Arethusa, 'Auja, Binar Bashi, Fik (?), Le Toron aux fontaines sourdes, Pegae, Ras el-'Ain

Poste de Garde de la Route

Au travers du temps Aphek resta toujours une forteresse stratégique pour cause de sa localisation géographique. La ville se situe près du point d’origine de la rivière de Yarkon, celle-ci bloquant tout trafic côtier et forçant la route internationale côtière à passer au travers d’un entonnoir entre la rivière et les montagnes. Les deux routes côtières au sud d’Aphek sont obligées de converger par ici, continuant ensuite vers le Mont Carmel. La nature stratégique de ce site continua au travers de la domination turque, le fort photographié à droite ayant été construit par le chef Ottoman Sulaiman le Magnifique.

Fort Égyptien

Pendant l’Age de Bronze Récent, les égyptiens établirent un poste ici pour garder la route. Des excavations mirent au jour de nombreuses inscriptions de cette “résidence de gouverneur.” Quelques temps plus tard, Aphek fut l’emplacement du camps Philistin lors de leur combat contre les Israélites où ils capturèrent l’arche de l’alliance (1 Sam 4). A la fin du règne de Saul, les Philistins se réunirent à cet endroit une fois de plus, refusant à David de se mettre à leur côté pour combattre les Israélites (1 Sam 29).

Ville d'Hérode

Lorsque Hérode le Grand devint roi (37-4 av. JC), il rebâtit Aphek et nomma la ville Antipatris d’après son père Antipater. Des travaux archéologiques ont mis au jour la Cardo de la ville, avec les magasins des deux côtés de cette rue principale. Après l’emprisonnement de Paul à Jérusalem, les romains le menèrent hors de la ville afin d’éviter un complot sur la vie de l’apôtre (Actes 23). Le contingent de troupes l’amenèrent à Antipatris (à mi-chemin) avant de continuer le jour suivant vers Césarée. La ville fut détruite en 363 par un tremblement de terre.

Château Croisé

Les Croisés reconnurent aussi la valeur stratégique des environs et bâtirent un château sur la colline donnant sur l’ancien site. Le château fut appelé “Migdal Aphek” (Tour d’Aphek) et fut construit par dessus le site d’un fort juif datant de la Première Révolte Juive (66-70 après JC). Le château est aussi connu sous le nom de “Mirabel” (belle vue). La plupart des ruines visibles de nos jours datent de l’époque turque.

Samaria and the Center

Commander Ces Photos Du DVD

Samarie et Centre

$ 39.00 $ 49.99

Autres Sites Web

Aphek – Location Profile (Walking in Their Sandals) Briefly discusses the site’s location, setting, and significance. Gives a good explanation of its strategic location along the coastal highway.

Return to Aphek (BARev) An article published in Biblical Archaeology Review in which excavator Moshe Kochavi explains the history of Aphek and his work there.

Tel Afeq-Antipatris (Webshots) A set of 15 high resolution photos featuring various aspects of the Turkish fort.

Bronze and Iron Age Remains (Area X) of the Upper City of Aphek (Tel Aviv University) Provides some information about the site and the excavations carried out there by the Tel Aviv University. Also features an aerial view, a map of the site, and a sketch of the Egyptian governor’s residence.

Tel Afek (Jewish Magazine) Informative article detailing the site’s history and describing the site’s remains today.