La Tombe des Rois

Aussi connue sous le nom Tombe de la Reine Hélène/Helena d'Adiabène

Entrée et Mikvot

Généralement regardée comme étant la plus grande et la plus belle des tombes de Jérusalem, la dite “Tombe des Rois” fut le lieu de repos final pour la famille de la reine Hélène d’Adiabène au Ier siècle. Située 820 m au nord de la muraille de la vieille ville, le tombeau obtint son nom par des explorateurs méprenant cette superbe tombe pour celle qui jadis abritât David et sa dynastie.

Des Escaliers Monumentaux

La tombe fut décrite par le géographe grecque Pausanias comme la seconde plus belle tombe du monde (après la tombe de Mausolus, l’une des sept merveilles antique). Ces larges escaliers (9m), pavés par le passé, menaient à une avant-cour ayant plusieurs bains rituels (seulement récemment identifiés comme tels). L’eau était collectée dans la bains au travers d’un canal creusé dans les marches.

Façade

Les 28 m de la façade furent couronnés de trois pyramides, qui ont disparues depuis, mais dont la description fut donnée par Joseph ainsi que d’autres sources historiques. L’architrave originelle était supportée par deux piliers, dont des fragments ont été retrouvés au cours des fouilles. L’étude définitive du site fut réalisée par Maximilan Kon lors de la première dissertation doctorale pour le département d’archéologie d’Hebrew University.

Pierre Roulante

L’entrée de la tombe fut sellée par une grande pierre roulante. Cette pierre fut mise en place dans un profond canal dans lequel elle pouvait être poussée en arrière puis stabilisée par un caillou en dessous. Pendant le premier siècle, un “mécanisme secret” fonctionnant par pression d’eau pouvait bouger la pierre. Vraisemblablement, une simple légère pression d’eau activait un système de poids.

Niches Mortuaires (Kokhim)

Les deux différents types de tombes du premier siècle sont tous deux trouvés dans ce complexe tombal. Les kokhim sont de longues niches étroites dans lesquels les morts étaient placés. Elles étaient ensuite refermées par une galette de pierre ayant probablement le nom de l’occupant. Des canaux au milieu des niches étaient creusées pour drainer l’eau infiltrée au travers du roc.

Arcosolium

Deux des huit chambres mortuaires possèdent des acrosolia, c’est-à-dire des bancs recouverts d’une arche où le corps se reposait. Certaines des acrosolia possèdent des cavités triangulaires où l’on pouvait poser une lampe à huile lors de l’enterrement. Deux grandes pierres de sarcophages, ayant survécu aux pillages, furent aussi trouvées dans la tombe. On lit sur une inscription trouvée sur l’une d’elles “Reine Saddah.”

Commander Ces Photos Du DVD

Jérusalem

$ 39.00 $ 49.99

Autres Sites Web

Jerusalem: Burial Sites and Tombs of the Second Temple Period (Israel MFA)  Discusses tombs and burial methods in Jerusalem, highlighting several famous structures, including the tomb of Queen Helene of Adiabene (#4), otherwise known as the “Tomb of the Kings.”

Antiquities of the Jews: Book 20, Chapter 2 (Bible Study Tools)  Josephus’ record of Queen Helene’s conversion to Judaism.

The Survey of Western Palestine (templemount.org)  Excerpts from The Survey of Western Palestine, by Charles Warren and Claude Conder, including a section on this tomb.

Adiabene, Jewish Kingdom of Mesopotamia (The Khazaria Info Center)  A lengthy article placing Queen Helene in her historical context.

Entrance to the Tomb of the Kings (Petra Fine Art)  An antique lithograph by David Roberts.

Tomb of the Kings (Antique Maps and Prints)  A steel engraving by William Henry Bartlett.